Le Proche et le Moyen-Orient : conflictualités

Benny Morris (historien, XXe siècle) : "La carte qui montre un minuscule Israël et un environnement arabe géant ne reflétait pas - et jusqu'ici ne reflète toujours pas - avec exactitude le véritable rapport de forces militaires dans la région. Pas plus que les comparaisons des chiffres de population"

Mahmoud Darwich (poète, 1941-2008) : "Quelle dignité peut avoir l’homme sans patrie, sans drapeau, sans adresse. Quelle dignité ?"

Edward Saïd (professeur de littérature comparée, XXe siècle) : "Parler des Palestiniens de manière raisonnable, c’est, je pense, cesser de parler de guerre ou de génocide et commencer sérieusement à se préoccuper de la réalité politique". 

David Ben Gourion (homme politique israélien, 1937) : « Nous ne souhaitons pas et nous n'avons pas besoin de chasser les arabes et de prendre leur place. Tous nos espoirs reposent sur l'idée-vérifiée tout le long de notre activité sur cette Terre [d'Israël] - qu'il y a suffisamment d'espace dans le pays pour nous et pour les arabes ».

Paul Valéry (poète, XXe siècle) : « La guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas »

Pindare (poète, Ve siècle a.C.) : « La guerre n'est plaisante qu'à l'inexpérimenté »

Karl Marx (XIXe siècle) : « Qui oublie son passé se condamne à le revivre »

6 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site