Muriel ou le temps d'un retour - 1963

I. Fiche technique

- Réalisateur : Alain Resnais

- Année : 1963

II. Résumé

Novembre 1962, Hélène, jeune veuve, désire revoir Alphonse, la grande passion de ses seize ans. Son beau-fils, lui, est hanté par le souvenir de Muriel, une jeune femme torturée en Algérie. 

III. Dans ma copie, je peux dire que...

Avec ce film réalisé en 1962, sorti en 1963, Alain Resnais, cinéaste de la Nouvelle vague, s’interroge sur la mémoire, sur ses matériaux ainsi que sur ses mécanismes tout autant que sur le cinéma. Il démontre dès la fin de la guerre d’Algérie les mémoires conflictuelles en gestation (mémoire des appelés traumatique, mémoire des Pieds-Noirs de leur exode, mémoire absente des Algériens) et les silences étatiques (censure sur la torture). 

Cette double réflexion sur la mémoire et le cinéma se voit à travers le traitement de Bernard, l’appelé. D’une part, Alain Resnais démontre, à travers les allers-retours de Bernard dans le temps (passé, présent, futur), symbolisé par ses montées-descentes dans les escaliers tout au long du film, les effets de la mémoire sur le présent : Bernard revient de la guerre mais porte en lui la souffrance d’une Algérienne torturée. Il ne parvient à s’en libérer qu’en détruisant ce qui le rattache à son passé (destruction d’une bande audio sur laquelle sont conservés les cris de la jeune femme, assassinat de son compagnon d’armes témoin gênant, d’une caméra, etc.).

D’autre part, dans une fameuse séquence, le réalisateur superpose la voix-off dramatique de Bernard (récit de la torture) à des images du service cinématographique des armées sur l’armée française fraternisant avec les Algériens, leur apportant soins et éducation. Il démontre que le documentaire est parfois documenteur

Ainsi, avec ce film, c’est bien une « guerre sans nom » qui est montrée, sans nom donc non représentable au cinéma en 1960 (ce n’est donc pas un film de guerre).

IV. Critique rapide

J'ai particulièrement aimé ce film parce qu'il parle d'un moment de l'histoire qui me touche vraiment, parce qu'il y a un vrai travail de mise en scène.

En revanche, sachez que c'est un cinéma un peu soutenu.

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.